Toi y’en a pas savoir comment écrire la date?

Eh oui, elles sont rares les chroniques de Henri Gide. C’est parce que le monde a besoin de lui à tout instant. Il ne peut, malheureusement, être partout. Châtier les mécréants de l’orthographe, éduquer les masses prolétariennes incultes (pléonasme), corriger les écrits comme les écrivants, ces tâches sont proprement surhumaines. Henri Gide a même essayé de se faire piquer par des araignées radioactives, de se faire asperger de liquide biohazardeux, d’assister impuissant au meurtre de ses parents dans sa prime jeunesse… Rien n’y a fait : Henri Gide n’est pas devenu un super-héros. Henri Gide n’est qu’un homme.

Lire la suite

Publicités

Si vis pacem para bellum, la rédaction belliqueuse

Aujourd’hui est un grand jour pour l’orthographe. Nous allons apprendre plein de délicieuses choses ensemble. Comment écrit-on les guerres, batailles et autres épisodes géopolitiquement passionnants ?
La réponse sans image, mais avec plein d’exemples.
Lire la suite

Mini traité de ponctuation (et donc de paix)

Avant de commencer cette chronique je voudrais avoir une pensée pour mes camarades lecteurs-correcteurs qui n’ont actuellement aucun travail, sous prétexte qu’ils n’ont aucune compétence.
Parlons un peu aujourd’hui des signes de ponctuation et des espaces.
Lire la suite

Chroniques de Henri Gide (1) : le code d’honneur

Pour démarrer cette chronique, j’ai choisi un livre qui a changé ma vie… Étant d’une nature généreuse, je voudrais qu’il change la vie du monde entier.

Lire la suite