Mini traité de ponctuation (et donc de paix)


Avant de commencer cette chronique je voudrais avoir une pensée pour mes camarades lecteurs-correcteurs qui n’ont actuellement aucun travail, sous prétexte qu’ils n’ont aucune compétence.
Parlons un peu aujourd’hui des signes de ponctuation et des espaces.

Les signes de ponctuation

Tout d’abord, le point. Il termine généralement une phrase, vous avez déjà dû en apercevoir un au détour d’un texte. Mais si, ça ressemble à une tache. Ce point, il est très strict : pas d’espace avant lui, parce qu’il aime avoir chaud, mais on mettra toujours une espace (oui on dit une espace quand on parle de typographie) après lui, pour le laisser respirer, quand même.

La virgule, comme le point, n’est précédée d’aucun blanc et est suivie d’une espace (normale l’espace). En d’autres mots, elle est TOUJOURS collée au mot qui la précède. Tenez-vous le pour dit : une virgule toute seule, comme ça, into the wild, ça ne se fait pas, c’est moche et ça énerve tout le monde. En plus, et surtout, ça gêne la lecture.

Le point d’exclamation, celui d’interrogation et le point-virgule sont précédés, de manière obligatoire et indiscutable, d’une espace fine insécable. Ils sont suivis d’une espace normale. On ne colle jamais ces trois signes aux mots qui les précèdent : c’est inconvenant, cela va à l’encontre des bonnes manières et ne venez pas pleurer si vous recevez une gifle.

Les guillemets, le tiret et le deux-points sont précédés et suivis d’une espace de taille normale (espace mots). Cependant, l’espace qui précède le deux-points est insécable. L’espace qui suit le guillemet ouvrant est insécable, celle qui précède le guillemet fermant l’est également (insécable). Mais si c’est simple.

Il n’y a pas d’espace à l’intérieur des parenthèses et des crochets. Ils sont précédés et suivis, à l’extérieur, d’une espace normale justifiante. Les parenthèses peuvent être suivies, directement, sans espace, d’une virgule, d’un point.

Les points de suspension : il existe trois cas de figures. S’ils remplacent le début d’un texte, ils sont suivis d’une espace justifiante. S’ils remplacent la fin d’un texte, ils sont collés au mot qui les précède et suivis d’une espace justifiante. S’ils remplacent un mot unique, et dans ce cas seulement, ils sont suivis et précédés de l’espacement normal (exemple : le village de … était situé dans la région Auvergne).

Je sens que vous avez envie d’un petit tableau explicatif résumant un peu ça. Il est à la fin.

 

Les différentes espaces

Petite précision sur les différentes espaces existantes (il y a quelques subtilités que je vous épargne car vous n’êtes pas typographes) :

L’espace justifiante, c’est l’espace normale, celle de tous les jours. Elle n’a rien de spécial.

L’espace mots insécable fait la taille d’une espace entre deux mots. Mais elle empêche la séparation des deux éléments qui l’entoure : elle empêche le saut de ligne ou de page. C’est une espèce de colle invisible.

L’espace fine insécable est deux fois plus étroite que l’espace mots insécable. Elle a les mêmes propriétés que la précédente. C’est une colle invisible plus fine.

De quoi parlait-on dans la première chronique de Henri Gide ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s